mercredi 2 mars 2011

L'aventure Machu Picchu!

Machu Picchu, un des endroits sans doute les plus visités de l'Amérique du Sud. Construit au 15e siècle par les incas, abandonné un siècle plus tard avec l'arrivée des espagnols et redécouvert en 1911, avec l'aide d'un local, par un historien américain, Hiran Bingham (le méchant, il a tout ramené les objets et momies trouvés sur le site pour ses recherches.. mais 100 ans plus tard, ils sont toujours aux États-Unis, ce qui cause un conflit entre le Pérou et les États-Unis comme le Pérou réclame les objets, avec raison!)

Pour s'y rendre, il n'y a pas beaucoup d'options. 1- Faire le Inca Trail, une route de 4 jours de marche se terminant avec l'arrivée au Machu Picchu. Mais ce chemin est fermé en février pour maintenance et de plus, c'est la saison des pluies. 2- Prendre un train allée/retour de Cusco vers Aguas Calientes (le village Machu Picchu à 4km des ruines) qui dure 4h mais qui est vraiment cher.. environ 120$ A/R et même plus selon le service que tu prends. 3- Aller avec un tour qui te charge jusqu'à 180$! 4- Faire 2h de bus de Cusco à Ollantaytambo, puis prendre un train de là (2h, environ 35$). 5- L'option la plus économique : bus, taxi, marche. C'est ce que moi et José avons fait mardi! De plus, les trains étaient suspendus ce jour-là à cause de la montée de la rivière. On est donc parti à 3h30 du matin de Cusco pour aller prendre un minibus vers Santa Maria à 4h. On a été chanceux car il ne restait qu'une place dans chacun des 2 minibus. Quoique j'étais sur le siège avant, pognée entre le chauffeur et une madame qui arrêtait pas de chialer ou de me tomber dessus lorsqu'elle s'endormait :P Dû à cet inconfort, je n'ai pas pu dormir :S Et le chemin est en zigzag dans les montagnes, ce qui te brasse pas mal! Cette route peut être dangeureuse car lors de forte pluie, il peut y avoir des avalanches de roches. En général, le trajet prend environ 5h mais tout dépend des conditions! On est arrivé sans pépin à Santa Maria vers 9h30. De là, il faut prendre un autre bus vers Santa Teresa (voie courte = 50 min, voie longue = 1h30). Comme il y avait eu trop d'éboulements sur la voie courte, c'était impossible d'y accéder. Mais le truc, c'est qu'il y en avait eu aussi sur la voie longue! On nous a donc dit qu'un taxi nous amènerait jusqu'à l'éboulement et qu'un autre nous attendrait de l'autre côté. En effet, il y avait trop de boue sur 10m donc il a fallu traverser à pied. De là, on a continué la route avec un couple asiatique, Mei de Singapour et Andrew, d'origine chinoise. Mais avant, il a fallu s'obstiner pour avoir le prix qu'on nous avait dit :P Et dans la voiture, c'était évidemment au style latino : 4 derrière, 2 en avant, 2 dans le coffre :P
Quelques mètres plus loin, il y avait un autre éboulement mais on a réussi à passer, quoiqu'il a fallu 4 gars pour pousser la voiture et le moteur a surchauffé un peu! Une heure et quart plus tard, on est arrivé à Santa Teresa. De là, on a pris un autre taxi pour se rendre à la station hydroélectrique (pour s'épargner un 2h de marche sous la pluie), dernier point avant de commencer la marche de 3h vers Aguas Calientes, ou village Machu Picchu, à 4km du site. Le chemin est à côté de la voie ferrée mais est très sécuritaire et facile comme c'est plat tout le long. Et le paysage y est vraiment beau! J'étais toute énervée de savoir que je marchais à quelques kilomètres de Machu Picchu :)


En tout, ce trajet à coûté environ 20$. On est arrivé vers 16h environ, à temps pour se trouver un hôtel, prendre un bon repas, acheter l'entrée pour le Machu Picchu (moitié prix pour étudiant, donc environ 23$) qui doit absolument être pris au village et non au site. Puis, dodo pour se lever à 4h du matin et aller faire la file pour le bus. Pourquoi?

Le site ouvre à 6h et seulement les 400 premiers clients peuvent recevoir l'étampe permettant l'accès pour monter le Huayna Picchu, la plus haute des 2 montagnes qu'on voit sur la photo typique du Machu Picchu. Comme le premier bus part à 5h30, les gens commencent à arriver vers 4h! Quand moi et José sommes arrivés vers 4h15, il y avait déjà environ 70 personnes. Il est aussi possible de marcher mais comme le chemin vers le Machu Picchu ouvre à 5h, ceux qui optent pour la marche arrivent souvent après les premiers bus. On a pu prendre le troisième bus et arrivé en haut, 25 minutes plus tard, il y avait déjà au moins 200 personnes plus des bus pleins qui arrivaient aux 5 minutes. Conseil : Si vous prévoyez aller au Machu Picchu et tenez à monter la Huayna Picchu, ce qui vaut vraiment la peine, et bien faites comme moi ! (si en février!) Mais en été, il y a 4 fois plus de monde donc j'imagine que les gens arrivent vers 2h dans la file ! :S

En montant du village au Machu Picchu, je ne pouvais cacher mon impatience et l'énervement d'enfin visiter ce célèbre site!! À travers la brume du matin, je pouvais voir le pic du Huayna Picchu qui avait un air si mystique :) En arrivant sur le site, j'étais émerveillée et émue! Il faut monter un peu et nous voici devant l'image typique du Machu Picchu. En plus, la brume qui se dissipait peu à peu dans les montagnes donnait un décor surréaliste et mystérieux, typique des films de Tim Burton.








Une guide m'a proposé de me joindre à son groupe pour 10 soles (environ 3.50$) pour une visite de 2h! J'ai accepté avec plaisir car les guides privés coûtent beaucoup plus chers. J'ai donc pu connaitre un peu l'utilité des diverses ruines. Il y a entre autres une pierre d'où on peut sentir l'énergie du Machu Picchu. C'est défendu d'y toucher mais on peut quand même sentir l'énergie à 2cm de la pierre. Sara, le tibétain que j'ai rencontré à CArtagena, m'avait parlé d'un voyage astral qu'il avait fait grâce à une pierre.. je me demande si c'est celle-là.. Bref!

Après cette visite, moi et José nous sommes dirigés vers le Huayna Picchu. La montée est assez ardue et parfois très apique mais se fait quand même assez bien.. je dirais environ 40 min de montée. Mais.. wow, wow et wow!! La vue panoramique (et du Machu Picchu) qu'on a de là-haut est grandiose.. et l'air y est si pur! J'aurais pu passé des heures à méditer devant ce beau spectacle. C'est franchement un "must" et ça rend l'expérience Machu Picchu encore plus inoubliable. Après presque 10h passé dans le site, on a finalement descendu à pied vers le village. J'avais un train en soirée vers Ollantaytambo, à mi-chemin entre Cusco et Machu Picchu et qui fait parti de la vallée sacrée. Après cette journée intense et le manque de sommeil, je suis tombée raide morte le soir! José a décidé de venir me rejoindre plus tard avec le train suivant. C'est cool car il est vite devenu mon compagnon de voyage, mais aussi un bon ami! C'est le chilien le plus cool et adorable, c'est sur :)

Le lendemain, le 24, on avait prévu faire un tour dans la vallée sacrée mais finalement, on a appris qu'il y avait une fête traditionnelle dans un village près de Ollantaytambo. On a tout de même visité les ruines incas de Ollantaytambo, un site où les incas ont eu une des rares victoires contres les espagnols. Le site servait de forteresse mais aussi de lieu de culte. C'est sur que c'est moins impressionnant que le Machu Picchu mais c'est tout de même très intéressant et à voir!
Puis, on s'est dirigé vers le village dont je ne me rappelle le nom pour assister à la fête, une tradition quechua. On devait être les seuls touristes sur place, encore mieux! Et ce que j'y ai vu était exactement une image que j'avais du Pérou : des autochtones dans leurs habits traditionnels qui se parlent qu'en quechua, qui dansent, jouent de la musique, boivent la chicha (breuvage de mais fermenté) entres eux. On a discuté avec certains d'entres eux mais leur espagnol est pas très bon.. même José comprenait pas! Non mais.. quelle belle expérience! :) Il y avait aussi une corrida mais heureusement pour moi et pour le taureau, il n'y a pas eu de sacrifice. C'est drôle, car les toilettes étaient un trou dans le sol avec quelques planches de bois au dessus pour servir d'appui. Pendant que je m'apprêtais à me vider la vessie, une femme est entrée super vite dans ma cabine et s'est mis à uriner (presque sur moi!) mais elle était tellement drôle que je suis partie à rire avec elle :P Moment insolite!


Puis on est reparti vers Ollantaytambo pour transférer vers Pisaq, autre village dans la vallée sacrée. Dans le bus, ça ne parlait que quechua! Je me sentais dans un autre monde.. Ces bus, nommés "combis" sont des bus pas confos, vieux, laids mais qui coûtent presque rien et la vie locale se sent mieux ainsi :)

Le lendemain, on a commencé la longue journée avec la visite des ruines incas de Pisaq, à 4km du village et situées dans les montagnes. Le site est très particulier car il est étalé et on peut encore très bien voir le terrassement qui servait à l'agriculture mais aussi le temple assez bien préservé, la forteresse ou des tombes incas (qui ressemblent à des trous d'un nid d'abeilles) mais qui ont été pilées.. Puis on a pris un combi, ce bus local, pour se rendre vers Moray, à environ 1h30 de Pisaq. Pour y aller, il faut 2 ou 3 combis! J'aime bien car on passait dans les villages en route donc le bus était rempli que de quechuas qui entraient et sortaient aux 5 minutes. Le bus nous laisse à environ 9km des ruines donc de là, il faut prendre un taxi (et dealer car on nous charge souvent plus cher que le tarif prévu.. mais José est bon pour ça! :P) Moray fait aussi parti de la vallée sacrée et était jadis un centre de recherche agricole inca où étaient pratiquées des expériences de culture.

De retour sur la route, on a repris un combi (la musique était si forte et mauvaise et le son était nul!) vers Chinchero, dernière destination dans la vallée sacrée. C'est aussi un petit village qui a été en partie construit sur des ruines incas, dont la jolie église coloniale qui a tout été peinte à la main. (photo interdite à l'intérieur, dommage!)


On est rentré à Cusco en taxi (encore au style latino, 9 dans un 5 places!) et j'ai décidé de suivre José à Puno, au lac Titicaca côté péruvien pour une journée. On a pris un bus de nuit pour arriver vers 5h30 à Puno. En avant-midi, on a prus un tour pour aller aux îles uros, des îles flottantes artificielles. Malgré l'aspect un peu trop commercial, la visite demeure intéressante. En fait, j'ai jamais rien vu de tel! Les îles sont construites avec des roseaux "totora" flottants, une sorte de plante poussant en abondance au fond du lac. Après la saison des pluies, vers avril, le tout remonte à la surface. C'est ainsi que les habitants les récupèrent pour construire leurs îles mais aussi pour leurs maisons, artisanats ou bâteaux. Pour que l'île reste sur place, ils utilisent du bois d'eucalyptus. Comme le bois fait de 10 à 12 mètres de long, il faut que le niveau d'eau soit inférieur pour pouvoir stabiliser le bois dans le fond du lac. Pourquoi ces gens vivent ainsi? Et bien, ça remonte à plusieurs siècles lorsque les Uros voulaient fuir les Collas et les Incas, deux tribus agressives! Et ainsi vivent-ils, leur revenu dépendant de la pêche mais maintenant aussi beaucoup du tourisme et de la vente de leurs produits. Certaines îles accueillent les touristes tandis que d'autres sont interdites d'accès.


En après-midi, on avait pensé visiter d'autres ruines mais avec toute la fatigue accumulée (et de plus, ça faisait 5 jours de suite qu'on voyait des ruines) a fait qu'on est tombé mort jusqu'en soirée. Ce qui est bien aussi, car on a pu profiter du nightlife de Puno! On est sorti danser dans une discothèque locale où on était les seuls étrangers et moi, la seule blonde! :P On a bu quelques cocktails (nommés Machu Picchu et Orgasmo! hehe) et dansé des heures sur des chansons de salsa, reggaeton (que j'aime maintenant..oh oh! je m'en viens une vraie latine!) ou musique typique péruvienne. C'est drôle, les péruviens devenaient fous quand ça jouait! Bref, on s'est bien amusé :)

3h plus tard, réveil brutal pour aller prendre le premier bus vers Copacabana, en Bolivie. José a aussi décidé de changer ses plans et de m'accompagner! La route est très intéressante car elle longe le lac jusqu'en Bolivie. Copacabana est certes beaucoup plus joli et agréable que Puno. Le plus intéressant est de monter le Cerro Calvario, cette petite colline à côté de la ville. Mais comme la ville est à 3800m d'altitude, ça exige un peu plus d'effort! Mais la vue y est très belle, surtout au coucher du soleil.

Le lendemain, on a été visiter la Isla del Sol (île du soleil). Selon la légende inca, c'est le lieu de naissance du soleil et c'est là que seraient apparus le Dieu à la barbe blanche Viracocha ainsi que les premiers incas, au 12e siècle, Manco Capac et sa soeur, Mama Ocllo. Ceux-ci devaient peupler mais aussi trouver le nombril du monde pour s'y établir. Cet endroit est Cusco! Il y a quelques ruines incas sur l'île, dont la pierre sacrée qui serait l'endroit exact où les incas sont apparus. Parcourir l'île du Nord au Sud est aussi quelque chose de primordial à faire.. c'est tellement beau!! Surtout lorsqu'il fait soleil et que les reflets sur le lac lui donnent toutes ces belles teintes, comme dans une peinture. Bref, à ne pas manquer lors d'un voyage au Lac Titicaca! Avant de reprendre le bateau vers Copacabana, on a profité de cette belle et chaude journée pour se rafraichir avec une bière.. miam!!!




En soirée, on est parti en vitesse vers La Paz comme on s'est fait dire qu'il y aurait des grèves le lendemain, rendant ainsi le voyage impossible vers la Paz. C'est drôle car il faut traverser une rivière pour se rendre à la Paz, mais avec un genre de traversier-plateforme juste pour le bus. Je me sentais comme dans un bateau mais dans un bus!


En arrivant, on s'est donc trouvé un hôtel.. mais.. c'est l'hôtel le moins cool que j'ai eu je pense! Comme il était tard, on est resté mais bon. Les employés étaient pas super sympathiques, c'était bruyant et j'avais en prime un condom utilisé sous mon lit! :S Au moins, il y avait un beau dessin peint sur le mur. hehe :P Et en rentrant au resto pour souper, la première toune qui passe est : It's all coming back to mo de Celine Dion.. je me sentais tellement en Bolivie. haha!


Le lendemain (rendu à mardi le 1er), on s'est promené un peu dans les rues bondées de monde, de voitures, de klaxons et de kiosques de toutes sortes de cossins avant que José reparte pour le Chile. C'est con, mais j'étais un peu triste en l'accompagnant au terminal! J'aimais bien voyager avec lui et je m'étais attachée à sa présence! Mais ça, c'est quelque chose que les latinos ont : on s'attache vite à eux! (Bon, aux québecois-es aussi bien sur! hehe)
Pour le reste de la journée, je me suis promenée dans le centre de La Paz, ville à 3660m d'altitude, et je me suis perdue durant 2h dans les marchés d'artisanat. Mon sac ne ferme officiellement plus! :P Comme je commence à être à court de temps, j'ai pris un bus le soir vers Potosi pour continuer ma route vers le sud. Je vous laisse donc avec quelques photos de la Paz :)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire