mardi 30 août 2011

... Déjà la fin.. pour l'instant!

J'avoue ne pas avoir touché à mon blogue depuis deux mois. Mais les deux derniers mois en Uruguay ont surtout été consacré à la préparation de la fin de session, aux nombreux partys d'au revoir, aux activités couchsurfing, à vivre le quotidien "montevideano", à passer du temps avec Natalia mais aussi, et surtout, avec Carlos, ce charmant colombien qui est entré dans ma vie d'une façon très inattendue :O

La dernière fin de semaine, j'ai enfin pris le temps d'aller visiter Colonia de Sacramento, avec mon nouvel amoureux, la plus vieille ville de l'Uruguay. Celle-ci a été fondée en 1680 par les portugais et a vite été l'objet de querelle entre les espagnols et les portugais pour en avoir le contrôle, passant constamment sous tutelle d'un pays à l'autre. Depuis 1828 (date de l'indépendance officielle de l'Uruguay), elle fait parti de l'Uruguay. Le quartier historique de la ville est un superbe mélange de style espagnol, portugais ou postcolonial. Il a d'ailleurs été inscrit dans la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1995. Colonia, c'est aussi le point d'arrêt pour aller vers Buenos Aires. Il y a fréquemment des bateaux qui font le voyage entre les deux villes. Donc si vous allez à Buenos Aires un jour, pensez à faire un arrêt à Colonia!

À la fin de cette aventure, je peux maintenant dire que ce fut un voyage qui m'a beaucoup appris sur moi. Le fait de voyager seule est vraiment génial, je pense que c'est la meilleure des thérapies ou de travail sur soi qu'une personne peut faire! Il y a des risques, comme dans tous les aspects de la vie. Mais le fait d'être une femme qui doit voyager seule ne devrait pas nous empêcher d'accomplir nos rêves! Et je le referais encore, sans hésiter. De plus, ce n'est pas pour rien que j'avais cet immense désir depuis quelques années de faire un long voyage en Amérique du Sud. Je me sens très attachée aux peuples latinos et aussi, je sens que j'y ai ma place.


Pour ce qui est de l'Uruguay, je peux dire que j'ai bien aimé. Ca n'a pas été un coup de foudre comme j'ai eu pour la Colombie, mais c'est un pays qui vaut la peine de visiter. En somme, ce que j'ai aimé le plus de mon séjour de 4 mois et demi en Uruguay:


- la communauté couchsurfing de Montevideo, composée majoritairement d'uruguayiens ouverts, cools, drôles et avec qui j'ai passé de moments mémorables


- les nombreuses fêtes avec la belle gang d'étudiants d'échange


- la capitale, avec ses nombreux marchés qui se déplacent de jour en jour à travers la ville, la rambla qui longe toute la ville, la feria Tristan Narvaja du dimanche en buvant un maté préparé par Osvaldo, un membre actif de couchsurfing


- le vin uruguayien: bon et pas cher (le vin typique uruguayien est le Tannat)


- la tolérance à la marijuana (non pas car je veux consommer mais plutôt car je trouve ridicule l'énergie et l'argent mis pour contrer la consommation et possession de marijuana)


- la mentalité très relax, plutôt gauchiste


- la musique uruguayienne : le rock uruguayien est excellent! Mon groupe préféré et l'un des plus connus est La Vela Puerca


- les petits séjours sur la côte ainsi que mon dernier séjour avec mon amoureux à Colonia de Sacramento, la plus vieille ville du pays et qui est, selon moi, la plus jolie!


Les aspects qui m'ont un peu déplu de l'Uruguay :


- Les cours qui manquaient un peu de structure, de contenu.


- La mauvaise isolation, donc le froid. En fait, il ne fait pas si froid dehors mais il n'y a pas ou peu de chauffage donc c'est parfois impossible se réchauffer (mais bon, c'est un aspect plus ou moins important)


- J'ai trouvé ques les hommes manquent beaucoup de classe dans les bars ou dans les rues, ils sont persistants et parfois très intimidants, surtout dans les rues. Certes, ce n'est pas typique malheureusement à l'Uruguay, mais venant d'un endroit comme le Québec, ça m'a choqué)


- Et ce n'est pas le meilleur pays pour être végé! Je n'en pouvais plus des pâtes et pizzas à la fin :P


Malgré les petits points négatifs, je retournerais sans hésiter pour visiter les autres endroits ou tout simplement aller me replonger dans la vie de Montevideo. Prochaine étape: Colombie (encore!) pour 4 semaines en décembre! :))))))))))

dimanche 22 mai 2011

A bas l'impunité!

Un peu plus de 2 mois en Uruguay ainsi que 5 mois en Amérique du Sud :) On pourrait expliquer le fait que je me sens si bien ici, autant qu'à Québec, soit car j'ai une très grande capacité d'adaptation ou soit car j'ai beaucoup de sang latino en moi (ou une combination des deux!). Ma vie uruguayienne depuis mon dernier message est beaucoup axée sur le social. J'ai tellement une vie sociale remplit! Avec mes activités à presque tous les soirs, je suis loin de m'ennuyer disons. Je me suis beaucoup plus intégrée dans la communauté couchsurfing de Montevideo, qui est très active et vraiment géniale. Les gens d'Uruguay mais aussi de Brésil, Colombie, Venezuela, d'Espagne, d'Inde ou Finlande que j'ai rencontré sont très attachants, ouverts, simples, super intéressants à cotoyer. Je m'ennuyais de cette âme couchsurfing, que je connais et utilise depuis maintenant 4 ans.


Mon séjour en Uruguay ressemble beaucoup à des vacances. Les cours ne demandent pas beaucoup de travail, commencent toujours 10-15 minutes en retard, sans compter les longues pauses. C'est tellement plus relax qu'à Québec. La façon d'évaluer est aussi différente. Pour nous, les étudiants étrangers, il n'y a que l'examen final qui compte. Mais supposément qu'aucun étudiant en échange ne coule un cours. Certes, j'étudie quand même, mais plutot pour mon plaisir personnel! Mon cours le plus intéressant est politique et société uruguayienne.. C'est drôle, avant je pouvais à peine situer l'Uruguay sur une carte et maintenant, je deviens une pro de l'histoire d'Uruguay (qui est, selon moi, fascinante!)

Je ne suis pas sortie en dehors de Montevideo les dernières semaines. Même si je prévois un voyage en Argentine prochainement, je préfère rester à Montevideo en général les fins de semaine pour profiter du temps libre des gens autour de moi et créer des amitiés durables. Je profite aussi évidemment du nightlife de Montevideo à tous les soirs de fin de semaine ;) J'adore mon séjour à Montevideo, surtout les fins de semaine! Je commence à avoir les larmes aux yeux quand je pense à mon futur départ. Mais j'ai encore du temps!
À chaque jour, il y a au moins une "feria" (marché) à quelque part dans la ville. C'est une des choses que j'aime le plus de la ville. Maintenant, tous les dimanches, je vais à le feria Tristan Narvaja, la plus grosse de la semaine. Aussi, j'aime la simplicité des uruguayiens. Je trouve que se sont des gens relax, ils ont aussi un style décontracté, simple, non artificiel. Je vois peu de filles qui sont maquillées!

Un endroit que j'aime bien et où je vais toutes les semaines est leCafé la Diaria, un centre culturel où il y a également une petite salle de spectacles ainsi que des expositions photos. Ça ressemble au Cercle à Québec! J'y ai découvert un groupe uruguayien que j'ai adoré, El Club de Tobi : http://www.myspace.com/elclubdetobi

J'ai également vécu ma première experience de guerriere killeuse dans une activitépaintball. hehe! C'est confirmé : je ne suis pas faite pour m'enroller dans l'armée.


Une autre activité super intéressante et très différente que j'ai fait est d'assiter à un yoga rave. En gros, on a fait des étirements en groupe, une méditation puis un groupe argentin a commencé à chanter des mantras sur musique électronique. Très entrainant! Évidemment, c'est une soirée sans alcool et drogues. Le tout se termine par une longue méditation de groupe. Oufff, j'étais pleine de bonne énergie en sortant de la et heureuse de cette première expérience!


Finalement, un évenement auquel j'ai participé vendredi dernier est le marche du silence. C'était important pour moi pour mieux saisir une période noire de l'histoire uruguayienne, la dictature militaire de 73-85. Cette marche est en hommage aux quelques 200 disparus durant la dictadure. Un fait important en Uruguay est la loi d'amnistie (la loi de "caducité") qui fait toujours controverse. C'est un accord entre le gouvernement et les militaires lors du retour à la démocracie, loi qui depuis 1986 empêche le procès pour la poursuite des membres de forces de l'ordre soupçonnés de violations des droits de l'homme pendant la dictature. Il y a eu deux réréfendums pour abréger cette loi mais peut-être par peur d'un retour en force des militaires ou pour ne pas raviver ces souvenirs du passé, la majorité de la population a voté contre. Depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir en 2005, quelques procès ont eu lieu, dont celui de l'ancient dictateur au pouvoir, Bordaberry. Par contre, l'impunité des nombreux autres militaires fait toujours controverse. D'ailleurs, le 19 mai dernier, la loi a failli etre annulée.. mais comme il ne manquait qu'une seule voix (un député de gauche s'est retiré au dernier moment, laissant les partisans et les opposants à égalité!) pour l'approbation, ce fut encore une fois un échec. Donc l'ambience était disons très particulière à la marche le lendemain. Le Brésil, le Guatemala, le Paraguay connaissent la meme situation où l'impunité regne. Par contre, le Chili et l'Argentine ont abrégé les lois d'amnistie, ce qui signifie l'ouverture des procès contre les policiers, civils ou militaires ayant commis des éxécutions, tortures ou disparitions.

Graffiti dans le centre de Montevideo " Et si avant de commencer ce qu'on doit faire on commençait par ce que nous aurions du faire? Annuler la loi de la caducité"
Bref, revenons à la marche. C'était la 16e marche organisée à Montevideo. Des milliers de personnes marchent de la place des disparus jusqu'à la place de la liberté, ayant en main, mis à part des centaines de banderoles, des photos des disparus. Arrivé à un certain point durant la marche, quelqu'un crie un par un le nom des disparus et la foule répond : Présent!. C'était très émouvant comme expérience et le silence qui régnait.. quelle puissance! On entendait que les pas, le son des klaxons au loin. Moi, je marchais pour compatiser avec les familles des victimes mais aussi pour tous les disparus et oppressés en ce monde.. ah oui, et aussi pour nous les québécois qui sommes pognés avec Harper jusqu'en octobre 2015... :P



dimanche 24 avril 2011

Et la vie uruguayienne continue..!

Un peu plus d'un mois a passé depuis mon arrivée en Uruguay. Et plus le temps passe, plus j'aime l'Uruguay! J'ai eu l'occasion durant la semaine de vacances (qui s'appelle la semaine de tourisme), soit celle du 18 avril, de découvrir encore quelques endroits au bord de la mer en compagnie de mon amie de Colombie, Natalia (qui m'accompagne maintenant partout!!). On a passé deux jours à camper à la Esmeralda, un endroit balnéaire encore peu developpé, tranquille et où on peut marcher des kilomètres et kilomètres le long de la mer. Une amie espagnole qui vit à l'hotel durant la semaine avec son conjoint uruguayien ont une terre là-bas de style très hippie : ils se construisent eux-memes la maison, bain en pleine nature avec l'eau d'un puit, pas d'électricité, pas de toilettes, pas de voisins immédiats donc ils peuvent tranquillement se mettre à l'aise et se promener nus! :P Évidemment, j'en ai profité pour aller y faire un tour !


Tentative de faire du pouce comme le maudit bus est arrivé.. 1h30 plus tard que prévu!

Puis, on a passé les 3 autres jours à Valizas, qui est à quelques kilomètres de Cabo Polonio et aussi au bord de la mer. En arrivant, une dame et sa fille nous ont gentiment aidé en parcourant avec nous tout le village pour trouver un site de camping! Valizas est vraiment un endroit cool et que j'adore. C'est semblable à Cabo Polonio mais en plus grand et avec de l'électricité! :P Les rues sont aussi en sable, il y a quelques bars, pleins de hippies qui vendent linge, bijoux, colliers, bracelets, etc. Des dunes de sable séparent Valizas de Cabo Polonio, il est donc possible de les traverser et de se rendre d'un endroit à l'autre en quelques heures. C'est particulier disons comme paysage, se trouver entre des dunes de sable, la mer et ce charmant village! Mais c'est moins cool lorsqu'on se fait prendre par la pluie battante au milieu des dunes!

Grace à ce voyage, j'ai aussi pu connaitre beaucoup plus ma nouvelle amie. Et ce n'est pas pour rien qu'on s'est rencontré, le destin fait bien les choses! Elle étudie en travail social donc comme moi, la cause humaine, la pauvreté, la discrimination, la violence, les délocalisations forcées sont des thèmes qui l'affectent beaucoup et encore plus la cause des indigènes, avec lesquels elle veut vivre et travailler! Sauf que elle, elle vit dans un pays où toutes ces réalités existent. Moi, et bien à part dans les livres, à la TV, dans mes cours, je n'ai jamais connu cette réalité, à part depuis 4 mois. Donc on a des discussions très profondes parfois et on se projette dans pleins de projets communs après nos études... on sait jamais après tout mais je sens que mon avenir sera très lié à l'Amérique latine.. y vivre, je ne sais pas encore. Mais c'est certes quelque chose à quoi je pense desfois!



Ce qui nous a servi d'abri dans les dunes durant 2h!
Le best pour étudier : sur la plage avec une bière!

Revenons à l'Uruguay. Un aspect qui me marque de ce pays est la consommation de marijuana. Tout le monde en consomme, meme dans les rues! Pourquoi? Et bien, la consommation est tolerée et une loi devrait passer prochainement pour légaliser la culture personnelle jusqu'à un maximum de 8 plantes.. mais la vente resterait illégale. Je ne fume pas en général mais j'approuve cette loi!

Un aspect un peu négatif selon moi de l'Uruguay (mais qui est loin d'etre unique à l'Uruguay) est le manque de normes environnementales. Il y a très peu de récupération, il y a beaucoup de déchets dans les rues de certains quartiers. Mais bon, je comprends aussi que le pays puisse avoir d'autres priorités pour l'instant..

À Montevideo, il y a des "ferias", un marché dans les rues, toutes les fins de semaines. La plus grande et populaire est la feria de Tristan Narvaja qui a lieu tous les dimanches. J'en fais ma tradition du dimanche! Une dizaine de rues sont fermées à la circulation et laissent place à de nombreux kiosques où l'on peut trouver de n'importe quoi mais vraiment n'importe quoi! Des vieilles poupées ressemblant à Chucky, des canards, des poules (la végé n'aime pas voir 6 pauvres poules entassées les unes contre les autres dans une mini cage!), des bouteilles d'alcool vides, des pneus, lunettes brisées, éviers, étui à verres de contact usagé et meme des dentiers! Mais évidemment, il y a aussi des trucs plus normaux comme des tonnes de livres, linge, fruits, légumes, articles électroniques, CDs, peintures, tasses à maté, etc etc. Bref, j'adore !

J'ai aussi commencé à connaitre un peu la vie culturelle de Montevideo! Après 3 fins de semaine de débauche totale, je voulais faire changement :P Et c'est bien car en plus d'avoir découvert un musicien-compositeur local super bon, Diego Rebella, qui faisait un lancement d'album dans une librairie, j'ai aussi rencontré le propriétaire de cette librairie, un jeune "montevideaño" gauchiste (qui dit tout le temps des conneries!) qui connait tous les auteurs latinos et a une bonne collection de livres de thèmes socialistes! J'ai bien l'intention de profiter de ses connaissances pour approfondir les miennes...!


jeudi 31 mars 2011

Arrivée en Uruguay!

L'Uruguay, un tout petit pays de l'Amérique dont on entend peu parler au Québec. Environ 3.5 millions de personnes vivent en Uruguay, dont presque la moitié dans la capitale, Montevideo.


L'Uruguay était une colonie espagnole jusqu'à l'indépendance en 1828. Et chose que je ne savais pas, l'Uruguay était appelé "la Suisse de l'Amérique" grace à la consolidation de la démocratie (sauf durant la dure période de dictature de 1973 à 1985!) et le niveau de bien-être élevé. D'ailleurs, aujourd'hui, c'est l'un des seuls pays d'Amérique latine considéré comme une démocratie compléte, la distribution des richesses est plus égalitaire (donc plus de gens de classe moyenne), le niveau d'éducation est élevé, c'est l'un des pays les moins corrompus.. Le parti au pouvoir depuis 2004 est le "Frente Amplio" (front large), le parti de gauche :) Le président actuel, José Mujica, est un ancien guérillero des Tupamaros, un mouvement qui était de l'extrême gauche dans les années 60-70 et s'opposait au pouvoir en place. Il fut prisonnier sous la dictature d'ailleurs.. Ce mouvement est devenu depuis 1989 un mouvement politique légal en s'intégrant à la coalition de gauche (Frente Amplio), ce qui est peu commun pour une guérilla!

Ah oui, et selon le magazine El paìs, les uruguayiens seraient les plus grands consommateurs de viande au monde. Les deuxièmes sont les argentins! Donc moi qui n'est pas trop fan de gros steak, je vous dis que je me fais regarder comme si j'étais une extraterrestre! :P Malgré tout, l'Uruguay est un pays intéressant. Montevideo est une ville super agréable, jolie, assez sécuritaire (quoiqu'il y a des vols le soir et la nuit dans certains quartiers..), assez grande mais aussi assez petite pour pouvoir marcher d'un endroit à l'autre.

Un endroit que j'adore est la Rambla, cette avenue qui longe la mer et où on peut marcher, faire du vélo, jogging, aller s'étendre sur la plage, prendre le maté avec les uruguayiens...

Même si l'Uruguay et l'Argentine sont certes deux pays distincts, il y a beaucoup de ressemblances entre les 2 pays.

1- L'accent : utilisation du "vos" et non du "tu", les "y" et les "ll" se prononcent en "chh". Et au lieu de dire muy bien (pour trés bien) ils disent "re bien". J'adore et je commence à prendre leur accent :P

2- Le maté, évidemment! Les argentins et uruguayiens sont accros au maté ! Et il est pas étonnant de voir un uruguayien marcher (meme conduire ou en vélo!) avec leur thermos à eau chaude d'une main, et leur tasse à maté dans l'autre main. Les argentins aussi trainent leur thermos mais prennent le maté assis au moins. :P


3- Les gens ont des traits très européens en général! Et le plus drôle, c'est que les gestes à la italienne (à la Sylvio Pepperoni! haha!) sont fort populaires ici ! Et c'est peut-etre une drôle de remarque, mais les femmes ont en général les cheveux longs!

4- Comme c'est très carnivore, un truc très populaire ici est la "parilla (prononcé "paricha") ou "asado", c'est-à-dire un BBQ. Supposément que la viande ici est excellente! Et comme la culture italienne est très présente, il y a beaucoup de restaurants de délicieuses pizzas et de pâtes. Les gnocchis sont particulièrement populaires ici et par tradition, le 29 de chaque mois on mange des gnocchis!

5- Les heures de repas et de sortie sont disons très différentes de celles de Québec! Ici, le souper est généralement vers 22h. Puis, pour aller en discothèque, les gens commencent à se reunir pour un verre vers 23-24h pour sortir vers 2-3h du matin! J'ai pas encore fermé une discothèque, même en étant restée jusqu'à 7h. Donc bref.. les argentins et uruguayiens veillent tard! :P

À première vue, les argentins me paraissent plus de party.. les uruguayiens me paraissent un peu plus calmes, discrets, moins charmeurs.. (et aussi plutôt jolis!) ce qui n'est ni bien ni mal, quoique les hommes argentins que j'ai rencontré m'ont pas paru les plus fidèles! (Mais ça, c'est selon mon expérience et opinion personnelle, je ne veux pas généraliser!)

Maintenant, un peu sur ma vie à Montevideo! Comme je m'y prends toujours à l'avance, je suis arrivée lundi matin, le 14 mars, 1h avant le début des cours. Mais bon, ce n'est pas grave car les deux premières semaines étaient surtout pour faire le choix de cours, voir ce qui nous plait avant de faire l'inscription finale. En gros, je trouve que les cours sont un peu moins intéressants et difficiles que les cours à Québec. De plus, l'université où j'étudie (Universidad ORT) est privée donc disons que le style des étudiants est loin d'être granos.. :P J'aime bien pareil mais je ne pense pas que je ferais deux sessions! Je comprends assez bien dans les cours, mais j'en perds des bouts desfois à cause de l'accent.




Pour le logement, et bien j'ai trouvé un plan travail-hébergement dans une auberge de jeunesse. Donc je travaille environ 20h par semaine (le mot travailler est fort car c'est plus être là et jaser avec les backpackers ou les employés/propriétaires/autres résidants de l'auberge!) et en échange, on m'offre l'hébergement gratuit ainsi que déjeuner, accès à internet, etc. C'est bien car le coût de la vie est assez cher ici, semblable à Québec je dirais. Je me demande comment les gens font car les salaires moyens sont au moins 2 fois plus bas que ceux à Québec... Enfin, je suppose qu'ils consomment beaucoup moins que les nord américains ;) Et c'est génial car dans l'hôtel, je suis constamment entourée d'uruguayiens, d'une chilienne, une espagnole et j'ai récemment rencontré une colombienne super cool qui me servira de meilleure amie quelques temps :) L'auberge est située à Pocitos, un quartier sécuritaire, très joli et à côté de la plage! De plus, je vis à côté d'un de mes deux campus. Pas mal! Et c'est rapide se rendre au centre-ville.

Lien de mon hôtel! : http://www.ungluggedhostel.com/


Pour ce qui est des rencontres, et bien j'ai rencontré plusieurs autres étudiants en échange dont des français (il y en a beaucoup mais ils sont super adorables! :P), mexicains, espagnols et d'autres québecois. J'ai rencontré quelques personnes végétariennes (par art de vivre entres autres) et quelques personnes aussi lors de party couchsurfing, dont Natalia, la colombienne. Évidemment, il y a aussi des gens de l'hôtel avec qui je m'entends particulièrement bien! Je me fais un beau petit réseau d'amis, je suis contente!

Le premier weekend en Uruguay, je suis partie avec d'autres étudiants étrangers (5 français, 4 québecois, 2 mexicaines) à la mer! On s'est loué deux petites maisons à Punta del Diablo, un petit village de pêcheurs super agréable et de style hippie :) On s'est fait des bonnes bouffes bien arrosées, partys, journées à se faire griller sur la plage... C'était génial! Et c'est comique car j'ai rencontré un vieil irlandais encore saoul de sa St-Patrick et j'ai passé 2h avec lui et son amie d'Argentine à me faire payer de la bière, des shots de Tequila et à me rappeler des bons vieux souvenirs d'Irlande grâce à son accent irlandais prononcé. haha!


Le 3e soir, on a dormi à Cabo Polonio, un autre village encore plus de style hippie : "routes" en sable, pas d'automobiles, d'électricité.. que le doux son de la mer :) C'est aussi un endroit pour aller observer des lions de mer, le lever ou coucher du soleil.. ce que j'ai d'ailleurs fait! Incroyable!!


Puis le deuxième weekend, je l'ai passé dans la capitale la plus cool et dynamique au monde, Buenos Aires! En fait, c'est assez proche de Montevideo! Il faut environ 3h30 pour s'y rendre, soit prendre un bus de Montevideo à Colonia puis un bateau entre Colonia et Buenos Aires. Mes amies m'attendaient sur place, comme c'était agréable des revoir! Ce sont des filles que j'ai rencontré durant mon voyage en Équateur et avec qui je m'étais très bien entendue. L'une d'elle m'a hébergé durant les 4 nuits ! Je suis arrivée à Buenos Aires le 24 mars, jour férié depuis 2006 appelé "jour de mémoire pour la vérité et la justice". En fait, cette journée commémore les victimes de la dictature militaire qui a eu lieu de 1976 à 1983, mise en place après le coup d'État du 24 mars 1976. Il y aurait eu environ 30 000 victimes durant la guerre sale (nom donné à cette période de dictature), quoique les militaires ne reconnaissent toujours pas ce nombre de disparus. Durant cette journée, il y a donc une grande marche entre la place du congrès et la place de Mayo, site principal de Buenos Aires. Mais j'ai malheureusement manqué la marche.. Prochaine fois peut-etre!
J'ai remarqué qu'il y a beaucoup de graffitis à caractère socialiste à Buenos Aires, tout comme à Montevideo!


Durant la fin de semaine, je n'ai pas vraiment visité de musées mis à part la centre culturel où il y avait des expositions intéressantes sur des artistes argentins. Je suis plutot sortie et j'ai fait la fete avec mes amies! De toute façon, je retournerai plusieurs fois à Buenos Aires pour voir tout ce que je n'ai pas vu :) Samedi après-midi, on a été à San Telmo et La Boca, deux quartiers super beaux de Buenos Aires. San Telmo me faisait tant penser aux rues de Paris!

Et la Boca, c'est l'endroit vivant, animé, aux maisons colorées! Un peu trop touristique, mais ça vaut le détour pour vivre un peu l'ambiance. De plus, il y a pleins de shows de tango dans les rues et restos!

Maté à La Boca, avec Yanina et Eli!
Le samedi soir, il y avait un évènement organisé inspiré de la Nuit Blanche de Paris, la Noche en Vela ; une nuit entière dédiée à la culture sous toutes ses formes! Je suis bien tombée, c'était la première édition et je savais meme pas que cela avait lieu! Il y avait 12h de programmation, soit des concerts, orchestres symphoniques, spectacles de tango, de cirque, projections de vidéos, installations de lumières, de sons, etc. J'ai assisté à l'orchestre symphonique de Moscou, qui avait lieu à coté de l'Obélisque, soit en plein coeur de Buenos Aires. C'était superbe, à donner des frissons !! Puis, on a été voir Babel Orkestra, musique sans paroles, super festive et qui te donne envie de sauter partout! Très bon!

avec Ines, Monce et Yani à l'orchestre!
Le dimanche, on est retourné se promener à San Telmo. Il y a une foire tous les dimanches et plusieurs danseurs de Tango dans les rues! Ambiance très agréable! J'ai acheté une liqueure de dulce de leche... miammmm.... PS: Le Dulce de leche, c'est un mélange de lait et de sucre qui ressemble au caramel et qui est trop bon!!! Il y en a partout ici et à force d'en manger autant, je vais revenir avec 30lbs en plus. hehe! Puis j'ai passé la soirée avec 3 des filles à prendre le maté dans un parc et à placoter autour d'une bonne bouffe! Le lundi, je suis rentrée en soirée à Montevideo.. helas.. Mais bon, je serai de retour à Buenos Aires bientot pour visiter tous les musées ! En bref, j'ai adoré Buenos Aires! C'est une ville qui est toujours vivante, peu importe l'heure, il y a toujours à faire, l'architecture fait beaucoup penser aux villes européennes (comme Paris selon moi!) donc c'est moins dépaysant. Mais j'adore ce mélange d'Amérique latine et d'Europe, je m'y sentais bien! Donc pour une deuxième fois, j'ai adoré découvrir un autre endroit de l'Argentine .. je tombe en amour chaque fois que j'y vais ! :)

Plaza de Mayo
Dans le port

Casa Rosada, le palace présidentiel et le balcon des discours d'Evita!

Le congrès

lundi 14 mars 2011

En enfer, au paradis puis parmi la débauche du carnaval!


Potosi, ville qui doit sa richesse et son développement à ses mines d'argent. La ville a été fondée en 1545 après la découverte de mineraux dans la montagne. Évidemment, ceux qui travaillaient dans les mines pour enrichir l'Espagne étaient les autochtones (quechuas) et des esclaves noirs. Les conditions précaires ont causé la mort de millions d'entre eux. Pour avoir un peu d'énergie, ils mâchaient la feuille de coca avec un mélange de craie! Encore aujourd'hui, il y a environ 12000 mineurs qui travaillent dans des conditions de moyen-âge. Le pire est que s'ils ne peuvent extraire des mineraux, ils ne sont pas payés.. La poussière et l'insalubrité des lieux font que l'espérance de vie des mineurs est de 45 à 55 ans. Ils mâchent encore un sac de coca par jour, ce qui semble être le seul repas dans les mines. Ils ont toutes les dents jaunes-noires... :S J'ai donc fait une visite d'une mine et... oufff! Après 2h à l'intérieur, je voulais juste de l'air frais! Quel enfer... La poussière et l'odeur rendent l'air peu respirable et comme les tunnels sont parfois très étroits, il faut marcher à 4 pattes ou en rampant. Avant d'entrer dans la mine, il faut acheter des "cadeaux" aux mineurs, soit des feuilles de coca, des boissons sucrées (style fanta) ou de la dinamite. Pourquoi y suis-je entrée? Non par parce que ça m'amusait de voir ça mais pour voir une autre réalité et aussi car c'est un sujet qu'on a abordé un peu dans mes cours. Pourquoi travaillent-ils ainsi? mmm... supposément que ça paie jusqu'à 4-5 fois plus qu'un salaire de base, qui est d'environ 700-800 bolivianos selon le guide, soit un peu plus de 100$ par mois. Mais le sommet de la montagne a commencé à s'affaiser, il y a encore des accidents d'éboulements de roches dans les tunnels. Il y a eu environ une trentaine de morts en 2010 (des mineurs, non pas des touristes) et le guide nous a dit que le gouvernement demande l'arrêt des extractions de mineraux mais on y travaille toujours.. par nécessité!


Après avoir vu comment ils travaillent, jamais plus je me plaindrai d'une job, ça, c'est sur!

2 mineurs "au repos".. mais photo prise avec leur accord et celui du guide (ancien mineur)

La ville de Potosi m'a aussi agréablement surprise. C'est une ville très jolie et vivante. Mais est-ce que ça deviendra une ville fantôme après l'affaissement de la montagne ou l'arrêt des extractions? Entk, je suis contente d'avoir pu voir Potosi.. même si j'ai l'impression que l'odeur de la mine me suit encore!


Le lendemain matin, j'ai pris un bus vers Uyuni, principal point de départ pour les excursions dans le Salar de Uyuni (désert de sel). Aussitôt arrivée, j'ai réservé un tour de 3 jours avec une agence qui me semblait bien, Estrella del Sur, et j'ai passé la soirée avec une australienne cool et hippie que j'ai rencontré dans le bus. Lendemain matin, départ vers le Salar de Uyuni! Après avoir vu le clip de Where the hell is Matt (http://www.youtube.com/watch?v=bNF_P281Uu4), je rêvais d'y aller moi aussi! Et wow.. ce que j'ai vu était encore plus impressionnant que ce dont je m'imaginais! En fait, durant la saison des pluies, il y a de l'eau en permanence dans le désert, ce qui donne un effet de miroir. On ne peut presque pas différencier la réalité des reflets comme le désert est à perte de vue. On se croirait au paradis honnêtement et comme Jesus qui marche sur l'eau. C'est franchement un des endroits des plus beaux et irréalistes que j'ai vu!

On a donc dîner là avant de partir. (Évidemment, le guide n'avait pas été informé de mon végétarisme! Mais il s'est bien débrouillé.. il y avait du quinoa au moins!) On s'est rendu dans un petit village à 3h du Salar pour y passer la soirée et dormir. DAns le groupe, il y avait un couple australien (le gars avait des airs de Xavier Rudd.. mmm... bon, je m'écarte du sujet!), une parisienne très cool et relax ainsi qu'un couple français plus âgé. Le guide était un peu réservé, parlait peu mais était très professionnel et chauffait de façon sécuritaire (important, car ce n'est pas toujours le cas!) Bref, un bon petit groupe.

Le lendemain, on s'est promené en jeep toute la journée à travers de superbes paysages.. On a vu pleins de lagunes, des volcans et montagnes enneigés, des flamands roses dans leur habitat naturel, lamas, alpacas et autres animaux sauvages, structures de roches particulières (comme en forme d'arbre) et on a fini la journée à la Laguna Colorada. L'eau change de couleur selon le vent et en général, en fin de journée, l'eau est rouge! Malgré le fait qu'il pleuvait un peu, j'ai passé quelques heures à me promener aux alentours avec un brésilien (et les lamas!). C'est si beau comme endroit, on dirait un autre monde!
Le 3e jour, on s'est levé à 4h du matin pour aller voir des geysers à 1h du refuge comme c'est mieux le matin. Puis, on s'est dirigé vers des eaux thermales avant d'aller voir la Laguna verde, à côté d'un volcan. De là, on est au point de rencontre de la Bolivie, l'Argentine et le Chile. J'ai donc presque entré au Chile.. mais bon, ce sera pour la prochaine fois!

Sur le chemin de retour, on s'est arrêté dans un petit village pour diner. Comme c'était le carnaval, tout le village fêtait! En 2 minutes, je me suis retrouvée dans une cour entourée de quechuas saouls (à cause d'une femme qui m'a entraîné en me tirant par le bras et me poussant avec des plantes pour que je reste!:P) , qui jouaient du tambour ou de la flûte, qui étaient habillés de leur habit traditionnel. Encore une fois, j'ai eu beaucoup de misère à parler avec certains d'entre eux. (Je sais pas si c'est parce qu'ils étaient trop saouls ou parce qu'ils ne parlaient pas bien espagnol!)
C'était un drôle de 10 minutes disons! Puis, j'ai réussi à me libérer des regards curieux de tout le monde pour aller rejoindre le groupe et diner. Ce n'est surement pas tous les jours qu'une blonde se fond parmi eux! :P En revenant à Uyuni, j'ai eu une belle surprise : l'agence (qui avait mon sac à dos) était fermée. Une chance qu'on m'avait dit : si si, no hay problemas! Puedes dejar tu mochilla aqui! (Aucun problèmes, tu peux laisser ton sac ici!) L'employé ne répondait pas à son cell, il devait être déjà saoul et en train de fêter le carnaval. J'ai donc couru dans la ville pendant 2h à essayer de trouver quelqu'un qui aurait le numéro de téléphone de la propriétaire pour qu'on vienne m'ouvrir! Pendant ce temps, je me faisais lancer des ballounes d'eau, de la mousse blanche (choses typiques du carnaval, j'y reviendrai!) dans le visage... j'étais vraiment pas d'humeur! Surtout que j'avais un bus pour l'Argentine le soir même! J'ai finalement dû appeler à l'agence au Chile pour que le proprio au Chile appelle quelqu'un à Uyuni! Donc après 2h30 de panique (et je commençais à être trempée avec tout ce qu'on me tirait!), une femme est finalement arrivée. C'est pas que j'aime pas la Bolivie, mais il y a rien à faire à Uyuni même et de plus, je devais continuer la route! Bref, j'ai pu prendre à temps le bus vers Villazon, ville à la frontière de l'Argentine. Le bus était vraiment inconfortable... j'ai dormi 2h peut-être! Comme on est arrivé vers 5h30 du matin, il a fallu que j'attende 1h avant de pouvoir sortir de Bolivie puis une autre 1h-1h30 pour entrer en Argentine. J'étais particulièrement énervée à l'idée d'arriver en Argentine! J'ai tellement rencontré d'argentins cools!

Je suis donc arrivée au terminal de bus sans trop avoir planifié où aller. Un ami m'avait parlé de Tilcara, à 4h de la frontière. J'ai donc pris un bus vers Tilcara ! Et moi qui pensais me reposer et prendre ça tranquille... c'était le carnaval et la fiesta partout dans le village! J'ai heureusement trouvé un hôtel pas trop cher, bien situé et assez rapidement! Et je suis tombée sur un suisse allemand peu après.. à partir de là, on a commencé à se joindre un peu aux gens jusqu'à ce qu'on rencontre 3 argentins, qu'on commence à boire (à 2h pm!) de la bière, du Fernett (alcool fort très populaire ici!) et qu'on commence aussi à faire la guerre contre tout le monde! En bref, tout le monde se promène avec une bouteille (une arme!) qui émet de la mousse blanche, de la farine, des oeufs ou des ballounes d'eau. Je me suis pas fait tirer d'oeufs mais comme j'étais une malcommode qui lançait de la mousse à tout le monde, j'ai fini la soirée vraiment mais vraiment blanche et "dégueue"! hehe! (et le pire, c'est que l'eau était coupée partout!) C'était une des journées les plus cools du voyage! En plus, je me suis fait (encore) d'autres amis argentins à visiter, cette fois-ci à Cordoba :)
Durant le carnaval, supposément que toute personne en couple devient célibataire durant le temps du carnaval. Je me demande si c'est vraiment vrai mais si ça l'est pas, je sens que les gens sont cocus... On m'a dit que si le conjoint questionne, la réponse est : mais c'est la faute du diablo! En fait, plusieurs diables se promènent dans les rues de la ville, invitant les gens à se laisser aller et "foirer", dans tous les sens du terme.



Le lendemain, j'avais prévu partir mais j'ai commencé à discuter avec 4 argentins en déjeunant et ils m'ont proposé de me joindre à eux pour aller voir Purmamarca, un village près de Tilcara. J'ai bien fait, car c'était vraiment beau!!! Il y a des montagnes aux 7 couleurs derrière la ville et on peut se promener un peu dans les montagnes pour une meilleure vue. De plus, le village était aussi très animé à cause du carnaval! Après être redescendu au village, moi et les deux gars, Juan et Martin, nous sommes pris le maté à la place centrale en attendant les filles qui étaient en excursion. Même si je trouve ça encore un peu amer, j'adore la culture du maté! Tout le monde ici est accro au maté et en général, ça se prend à plusieurs. C'est un beau moment de sociabilité :) En soirée, je me suis tenue un peu plus tranquille. Bref, je n'ai pas déclaré la guerre à tout le monde comme je l'avais fait la veille! haha!

Le lendemain, j'en ai profité pour faire quelques photos de Tilcara comme la folie du carnaval s'est dissipée. Les rues étaient beaucoup plus tranquilles et propres en fait! C'est vraiment un bel endroit à visiter.. la ressemblance avec la Bolivie est encore présente et les argentins du nord-ouest ont l'air beaucoup plus indigènes. C'est d'ailleurs le seul endroit en Argentine comme ça! Bref, à voir!!
En après-midi, je me suis dirigée vers Salta, plus grande ville de la province de Jujuy, avec Natalia et Jessica, deux filles très cools qui étaient au même hôtel que moi. On s'est donc pris un petit verre de fernett en soirée en parlant de gars et d'amour! hehe!

Le lendemain, jeudi, on a passé la journée à se promener dans la ville. Salta est une ville très jolie mais surtout agréable. Il semble y avoir une bonne qualité de vie! Et je me suis fait une autre et nouvelle amie de Buenos Aires, Natalia, fille super naturelle, belle et simple. J'ai adoré sa compagnie! Je vais aussi aller la visiter les prochaines semaines!



Puis en soirée, départ vers ma dernière destination avant l'Uruguay, Rosario, la ville natale de Che Guevara. Je n'avais pas pensé à passer par là avant de rencontrer les 3 argentins en Equateur avec qui je me suis bien entendu et fait bien du fun! L'un d'eux, Dario, est venu me chercher à la gare, m'a amené chez lui et m'a présenté à toute sa famille. J'ai donc passé l'après-midi là avec eux, à parler, prendre le maté, profiter de la piscine comme il faisait 30 degrés! Ce sont tous des amours! Et en voyant ses soeurs, j'ai eu une pensée pour mes amis célibataires (ou pas) qui auraient aimé être à ma place ;) Puis Sebastian est venu nous rejoindre et on est tous allé en ville rejoindre le 3e, Ismael, et d'autres amis gars à eux. Au moins, la blonde de l'un d'eux est venue nous rejoindre, je faisais moins seule de fille! hehe! C'était une super belle soirée, on s'est éclaté, on est allé dansé jusqu'à 6h du matin! Par contre, j'ai pas été très productive le samedi, quoiqu'on est sorti encore un peu :P


Dimanche, les gars étaient occupés soit avec leur blonde ou famille ou à aller voir une partie de soccer donc j'en ai profité pour voir Rosario et sentir l'ambiance de la ville, que j'adore! Il n'y a pas beaucoup d'attraits touristiques, mis à part le monument au drapeau (endroit où fut levé pour la première fois le drapeau argentin en 1810) mais seulement se promener le long du rio Parana, dans les rues piétonnales ou aller passer du temps dans les petits îles en face de la ville rendent un séjour à Rosario très agréable. Le long parc qui longe la rivière est très animé! Il y a pleins d'hippies, d'artisans ou de mucisiens ainsi que des couples, familles ou amis qui s'y rendent pour profiter de l'ambiance et pour prendre la maté, évidemment! Ça me faisait un peu penser à une belle journée d'été à Québec.



En soirée, j'ai pris un bus de nuit vers Montevideo pour arriver à 8h, soit une heure avant le début de la session. Ça, c'est du Kelie! :P Mais j'ai déjà été très productive !

Quelques remarques personnelles : J'ai trouvé que la Bolivie est l'endroit où j'ai vu les plus beaux paysages mais que les gens sont beaucoup plus réservés que dans les autres pays voisins, mis à part le sud du Pérou peut-être. J'aurais aimé avoir plus de temps, mais j'ai encore toute la vie devant moi pour y revenir! Le Pérou m'a éblouit pour l'histoire, pour les nombreux sites archéologiques qu'on y trouve. C'est vraiment le pays des ruines!! L'Équateur, et bien je retiens surtout la diversité de cultures, de climats et de paysages qu'on peut retrouver dans un si petit pays! C'est super agréable car les distances sont si courtes pour passer d'un extrême à l'autre! La Colombie, et bien... ce fut mon premier coup de foudre. La chaleur humaine est si forte en Colombie... pas besoin de dire que ce que je retiens de plus de la Colombie sont les colombiens! D'ailleurs, même si j'ai noté beaucoup de machisme dans ces pays, je dois avouer que la diversité des paysages, des ressources mais surtout la chaleur et l'accueil des gens font de ces pays, selon moi, des pays riches. J'ai eu un deuxième gros coup de foudre pour l'Argentine. Je ne peux expliquer pourquoi, je suis seulement arrivée en Argentine et je suis tombée en amour. J'aime les argentins (pas juste parce qu'ils sont si beaux et charmants mais aussi car ils sont "trippants", attachants, de buena onda!) J'aime aussi trop leur accent! J'avais jamais réalisé à quel point ils disent toujours "che" dans leurs phrases. Je comprends très bien maintenant pourquoi Ernesto Guevera fut rebaptisé Che Guevera par ses amis ou compagnons révolutionnaires ! (Che veut dire environ "eille"(en bon québecois!) ou "man" ou "dude" ou je sais pas comment le traduire! mais ils s'utilisent autant pour les gars que pour les filles) De plus, j'ai aussi un gros cercle d'amis en Argentine maintenant tout comme en Colombie!

Me voici maintenant en Uruguay mais comme j'ai passé la journée sur le campus, je ne peux pas encore trop en parler. Par contre, Montevideo semble être une super belle ville et j'ai déjà des rencontres à venir ! Maintenant, je compte bien vous faire découvrir un peu l'Uruguay tout comme d'autres endroits de l'Argentine, dont Buenos Aires, ma prochaine destination! :)